Ce mois-ci, nous donnons la parole à Marie-Adeline Ferrero, Ingénieure d’études au sein de G-on. Au delà d’être coworkeuse au Wip, Marie-Adeline est aussi une bénévole très active. 

 » Pendant le 1er confinement en 2020, j’ai appris que la structure pour laquelle je travaillais n’allait pas survivre et que j’allais perdre mon travail. J’avais en tête depuis plusieurs années un projet pour lequel je ne trouvais pas le temps, ni l’occasion (ni le courage, soyons honnête !) de me consacrer. L’opportunité parfaite était en train de se présenter à moi … encore fallait-il oser faire LE premier pas !


Ce projet mûrissait dans ma tête depuis 2015, date à laquelle j’étais tombée par hasard sur des vidéos de Clarisse Crémer qui cherchait des sponsors pour participer à une course de voile qui s’appelait “la Mini-Transat”. Je n’avais aucune idée de ce qu’était cette course, j’ai grandi plutôt loin de la mer ! Curieuse, j’ai mené mon enquête pour découvrir que cette course se rapprochait plutôt de l’aventure : traverser l’Atlantique en solitaire et sans moyens de communication sur un bateau de 6m50 … il faut oser !


En 2020 donc, l’opportunité parfaite se présentait à moi pour me lancer dans ce projet. J’avais envie de construire mon bateau, mais j’ai vite compris que ce n’était pas possible financièrement. Je me suis donc lancée dans l’achat d’un bateau … mais pour emprunter à la banque, il faut un CDI, que je n’avais pas ! Patience et persévérance ont été mes deux meilleures alliées : j’ai finalement trouvé un travail dans un bureau d’étude environnement (G-ON) en coworking dans les locaux du WIP !


La suite s’est construite pas à pas : j’ai trouvé un bateau dans le Sud de la France, emprunté de l’argent pour l’acheter, puis l’ai ramené par la route à Ouistreham. En parallèle, l’aventure est également logistique, financière, organisationnelle, stratégique, météorologique … Bref, elle est multi-compétences et c’est ce qui me plait. J’apprends, je partage, je gère mon projet à mon rythme !


Pour me permettre d’avoir une structure morale, j’ai monté mon association récemment, dont le nom est le fruit d’un brainstorming général entre coworkers et utilisateurs réguliers du WIP : Save Poséidon. Je souhaite en effet apporter à mon projet un côté écologique, pour lequel je suis très sensible. Un moment vraiment sympa entre midi et deux où je me suis sentie soutenue et entourée par tous. Depuis le temps qu’ils entendaient parler de ce projet, j’étais contente de pouvoir les intégrer dans une partie de l’aventure !
«